• Anaïs

La reconversion

Dernière mise à jour : 19 mai 2019


Il y’a un peu plus de 3 ans maintenant, j’ai décidé de changer de vie et de passer du côté entrepreneur. En soit rien de nouveau dans mon monde, des grands parents entrepreneurs, des parents commerçants, un frère entrepreneur.. Bref ça à l’air d’être dans le sang :)


Mais la nouveauté c’était surtout mon changement de métier et ma reconversion.

Tout d’abord, petit retour en arrière sur mon parcours un peu atypique.


J’ai commencé mes études en faisant une prépa orthophoniste pour finalement découvrir le métier d’éducatrice spécialisée et me rendre compte que c’était ce métier que je voulais faire. En même temps comment voulez-vous être sûre du métier que vous souhaitez faire à 17 ans ?! On nous propose trop peu de stage en entreprise.


Je rentre donc à 18 ans en école d’éducateur spé et y trouve ma voie auprès d’enfants en situation d’handicap. J’y travaille pendant plus de 2 ans avec énormément de passion, je vais même jusqu’à écrire mon mémoire sur l’autisme.


Puis vient mon 20 ème anniversaire, ma mère me taquine car j’essaye désespérément de faire des macarons, elle m’offre alors un cours de pâtisserie. 2 heures après, je l’appelle en lui disant que j’ai trouvé ce que je voulais faire : pâtissière. Évidemment maman me dit de terminer mes études (il me restait 6mois) et qu'on verrait après.


6 mois après je déménageais dans le sud mais en gardant fermement l’idée de me reconvertir… Compliqué dans la tête de mes parents d’accepter que je reparte en CAP, mais si je trouvais un apprentissage 3* Michelin alors j’avais le feu vert…


Ni une ni deux, j’ai commencé à rédiger un CV original sur les conseils de mon frère Julien, et des dizaines de lettres de motivations.


Mon premier choix se portant sur Cédric Grolet au meurice, pas encore médiatisé à cette époque.


Je suis alors reçue au Meurice deux semaines plus tard où mon entretien s’est déroulé à merveille avec le Chef. Le lendemain matin j’étais appelée par les RH pour un dernier entretien un peu plus formel.


J’ai été prise dans plusieurs maisons prestigieuses mais le feeling avec le Chef, son travail et son ambition ne m’ont pas fait hésiter une seule seconde, visiblement c’était un choix judicieux ahah.

Ma reconversion en pâtisserie a alors commencé, des heures et des heures passées à l’apprentissage des bases de la pâtisserie.


J’alternais entre les cours en formation CAP connex au CEPROC et mon apprentissage au Meurice, le rythme était épuisant, la fatigue s’accumulait petit à petit.


J’ai pu apprendre un tas de choses assez rapidement mais pas dans la facilité, c’est aussi ça le métier de pâtissier, des heures de folies, de la pression, de la répétition et j’en passe.

Ce fût la formation la plus dure mais la plus enrichissante que j’ai pu avoir dans tout mon parcours.


J’ai eu énormément de chance d’apprendre avec le Chef Cédric, qui m’a apporté énormément de choses en passant du temps à me montrer son savoir-faire et surtout à avoir à cœur de le transmettre.


Je ne pourrais jamais assez le remercier de m’avoir donné ma chance, cette opportunité m’a ouvert la porte sur un tas d’autres choses.


Le CAP en poche je me suis alors retrouvée avec mon deuxième Chef : Benoit Couvrand à la pâtisserie de Cyril Lignac.


J’ai eu alors la chance d’apprendre de la pâtisserie de boutique de luxe, un pur bonheur ce passage avec Benoit Couvrand ! Un Chef humain à l’écoute de ses pâtissiers, rien de mieux pour apprendre et pour continuer à grandir dans ce milieu.


J’ai eu la chance de rencontrer les meilleures personnes qu’ils puissent être : Thomas, Kevin, Fanny et Anthony. Je travaille encore avec deux d’entre eux à ce jour, Fanny est mon associée et Anthony mon super (doué) pâtissier.


En parallèle, j’avais déjà commencé en mai 2015 à monter le projet de ma box de pâtisserie Le Chef en box avec Julien (mon frère), Julia (ma cousine) et 4 autres associés dans des domaines différents.


En Février 2016 nous commercialisons la première box de pâtisserie : Le Chef en box !

La vie d’entrepreneur commença réellement… Impossible de continuer à travailler en pâtisserie avec ce rythme, j’ai donc trouvé un job « alimentaire » pendant une année afin de pouvoir faire grandir notre box sereinement.


Mois après mois, j’ai vu grandir mon bébé, je l’ai vu se développer à vitesse grand V….

Mais étant particulièrement bien entourée tout s’est déroulé sans complication, à mon sens entreprendre ne se fait pas seul, c’est un peu suicidaire de n’avoir personne sur qui se reposer de temps en temps pour prendre soins de soi et de lâcher un peu prise.


A ce jour, notre box à 3 ans et nous avons ouvert notre première boutique, nous avons encore beaucoup de choses à développer et certaines sont en train de se finaliser, et laissez-moi vous dire que c’est de la folie et que ce n’est que le début pour notre bébé.


Bref, la reconversion est une chose qui demande énormément d’implication, qui bouleverse votre quotidien, votre équilibre, vos habitudes, votre vie sentimentale et sociale mais c’est merveilleux de pouvoir au quotidien faire le métier que j’aime et travailler avec tant de passion, alors si vous hésitez dans ce choix, FONCEZ !


Je ferais bientôt un article sur l’entrepreunariat et ma vision de celui-ci !

Belle soirée

176 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout